Instructions et conseils pour se faire du bien en solitaire, et pour explorer son plaisir en se masturbant.

Étape obligée dans la vie d’un ado sain, la masturbation tient une place plus ou moins grande et assumée dans la vie des hommes adultes, sexuellement actifs ou non. Quels sont les avantages de cette pratique ? Y a-t-il des risques à trop se masturber ? Voici mon guide complet de la masturbation pour savoir se faire plaisir en solitaire.

Guide complet de la masturbation

© Can Stock Photo / artofphoto

Quoi qu’on en dise, la masturbation c’est bon pour la santé !

Selon certaines sources plus ou moins fiables, la masturbation provoquerait l’impuissance, l’insensibilité du pénis, voire la surdité ou encore la cécité. Rassurez-vous, il n’en est rien. Ces risques étaient surtout invoqués par les parents et les tuteurs des plus jeunes pour les inciter à l’abstinence. C’était en effet une époque où la masturbation, plus que faisant partie d’un panel de pratiques interdites par les bonnes mœurs, constituait un crime biblique : le crime d’onanisme.

En vérité, et les scientifiques et médecins sont tous d’accord de nos jours, la masturbation est bonne pour la santé. En effet, elle limite la survenue du cancer de la prostate, lutte contre le stress et favorise l’endormissement.

Dans le couple, et pratiquée à deux, elle permet de trouver de nouveaux moyens de se donner du plaisir. Et, en solo, de mieux connaître son corps et son plaisir.

Bref vous l’aurez compris, la masturbation n’apporte que de bonnes choses. Alors, pourquoi s’en priver ? Messieurs, il est temps de vous prendre en main !

Les fondamentaux de la masturbation : comment se masturber ?

La technique n’a pas beaucoup évolué depuis les premiers témoignages datant de l’antiquité. Il s’agit de stimuler manuellement le pénis. Les variantes, elles, sont nombreuses et pour certaines, assez originales. Vous pouvez même inclure des accessoires.

Choisir le bon endroit pour se masturber

Il va de soi que la masturbation est un acte très intime. Je ne devrais donc pas avoir à vous rappeler d’éviter les lieux publics, même si certains peuvent être très excitants (une cabine d’essayage, en voiture, en pleine nature…).

Pour respecter cette intimité, je ne saurais que trop vous conseiller d’opter pour un lieu calme, où vous ne risquez pas d’être dérangé (sauf si c’est dans vos intentions, mais là encore, attention à l’aspect légal de la chose).

Un bon lit ou un fauteuil, un canapé confortable feront très bien l’affaire. De même que la douche.

Gestes techniques : comment se masturber ?

Installez-vous confortablement, et sortez votre sexe. Sauf excitation préalable, il devrait être au repos. La technique de base requiert quelques caresses du bout de vos doigts, pour tester la sensibilité de sa peau et l’exacerber. Il devrait rapidement commencer à se gonfler de sang, ce qui va vous permettre (pour les non-circoncis) de le décalotter. Cette pratique permettra de mettre le gland à nu. C’est la partie la plus sensible du pénis, et elle le devient d’autant plus à mesure que la turgescence se poursuit. Quelques caresses légères de plus et vous devriez être assez dur pour passer à l’étape suivante.

Se faire du bien en solo : les gestes de base

Ici, plusieurs écoles. Empoigner la hampe de votre sexe à pleine main, l’enserrer de quelques doigts pour simuler l’entrée d’une bouche ou d’un vagin, ou encore pour les plus chanceux mettre les deux mains, l’une au-dessus de l’autre.

Vous pourrez ensuite expérimenter différentes pressions de vos mains et doigts sur le corps de votre pénis, lors de lents mouvements de va-et-vient. En allant vers le bas, vous rétractez la peau et tendez les nerfs et tendons qui rendront le gland plus dur et plus sensible. Il sera alors prêt au retour de vos mains vers le haut. La pression sera relâchée à mesure que votre main avancera.

Vous pourrez par moments relâcher la pression ou serrer un peu vos doigts à la base du sexe pour le gonfler encore plus, et donc le rendre plus sensible. Il est désormais possible d’expérimenter vos sensations. C’est d’ailleurs le plus important dans la masturbation. Se connaître soi-même, surtout au niveau de ce qui vous fait du bien. Vous pourrez par exemple tapoter le gland turgescent sur votre main, le presser tendrement entre vos doigts pour juger de sa dureté… Avant de repasser aux mouvements de va-et-vient, qui sont la base de la masturbation. Pour encore plus de sensation et de douceur, n’hésitez pas à ajouter une ou deux gouttes de lubrifiant.

Proche de l’orgasme : maîtrisez la descente !

Ces mouvements techniques, bien que plutôt instinctifs, vont avec l’excitation croissante déclencher dans votre cerveau des pics d’hormones qui vont progressivement vous mener au bord du plaisir.

C’est ici que vous aurez le choix. Tempérer votre rythme pour rester à la lisière du plaisir plus longtemps (c’est un jeu intéressant et ô combien agréable, en plus d’aider à remédier à l’éjaculation précoce) ou continuer votre stimulation manuelle jusqu’à l‘orgasme.

Lors de cette phase finale, il est conseillé de réduire le rythme et la pression sur votre sexe. En effet, la sensibilité exacerbée due à l’éjaculation peut devenir gênante, voire douloureuse pendant quelques secondes si vous insistez.

Pour aller plus loin : des accessoires pour la masturbation

Lorsque vous aurez compris et maîtrisé la masturbation classique, rien ne vous empêche de recourir à des accessoires, voire carrément à des sex-toys pour homme.

Des masturbateurs, œufs de masturbation en latex texturé, qui fonctionnent comme une gaine de masturbation, des pompes à pénis qui reproduiront les sensations de succion ressenties lors d’une fellation, ou encore des reproductions plus ou moins fidèles de parties intimes calquées directement sur des actrices de films X… Le marché est en constante évolution et les constructeurs rivalisent de technologie pour vous apporter toujours plus de sensations.

Les plus classiques, ou les plus nomades pourront se tourner vers les Fleshlight, sortes de lampes torches sexy dont une extrémité présente un vagin en latex, et le tube, toute une série de circonvolutions parfois texturées de manière très réalistes.

Communément appelée vaginette, c’est l’accessoire idéal pour qui veut se masturber en voyage sans rogner sur son confort, voir ici un exemple ! Attention toutefois au contrôle à l’aéroport. Si vous ne déclencherez aucune alarme de sécurité avec votre jouet, c’est en revanche des sourires mi-moqueurs, mi-complices qui vous accueilleront.

La masturbation 2.0

Et puisque l’on parle technologie, de nombreux dispositifs en réalité virtuelle ou augmentée existent. Ils se composent de lunettes qui diffusent des vidéos de votre choix, reliées à un dispositif qui retranscrira à votre pénis les mouvements adéquats. On entre là dans la masturbation 2.0. Le monde de la branlette a encore de beaux jours devant lui, et c’est tant mieux.