Les fervents de la masturbation se sont sans doute déjà posé la question de savoir si cela présente des risques pour la santé, voici ce que j'ai trouvé !

Certains d’entre nous n’y pensent quasiment jamais, d’autres au contraire s’adonnent à la masturbation régulièrement, voire très très régulièrement. Cela détend, fait du bien et nous donne un coup de boost toujours bienvenu. Mais si vous êtes un fervent adepte de cette pratique solo, n’y a-t-il pas aucun risque à « trop pratiquer la masturb» ? Voyons ce qu’il en est.

risques de la masturbation

© Can Stock Photo / lofilolo

Qui ne s’est jamais masturbé au moins une fois par jour les gars ? Entre l’envie de découvrir sa sexualité, les fantasmes que l’on a, l’impression de développer ses performances, la curiosité suscité par les sex toys masculins encore tabou il y a quelques années, entre les anneaux vibrants, savoir si on peut ou non utiliser un cockering, savoir quelle marque de masturbateur acheter ? Bref, des questions que tous les garçons se sont posés un jour et qui ont amenées à répéter l’acte assez souvent.

On entend tout et n’importe quoi !

Si vous vous êtes déjà posé la question, vous avez sans aucun doute fait des recherches sur le web. Et là, vous avez pu lire toutes sortes de réponses qui vous ont laissé perplexe (tout comme moi).

Se masturber fréquemment serait bon pour réduire le risque des cancers de la prostate. Mais ce serait aussi néfaste pour les muscles de la zone en question. Alors quoi ? Vous risqueriez votre vie en succombant à ce petit plaisir trop souvent, oui ou non ?

Commençons par ce qui est connu et accepté par les professionnels de la médecine. L’éjaculation est bénéfique, en effet, pour protéger la prostate, que cela se fasse par rapport sexuel à deux ou en solo.

Dans le domaine des effets négatifs, les médecins n’ont pas pu démontrer que la masturbation a un rôle sur les muscles. Donc, il semblerait qu’il n’y ait aucun souci à se masturber plusieurs fois par jour. Il n’a pas non plus été démontré que trop se masturber peut entrainer l’impuissance. Cela n’a également aucune influence sur la taille du pénis. Et la pratique ne provoquerait pas d’arrêt cardiaque sans raisons ! Enfin pour ce qui est de l’adage : « se masturber rend sourd », sachez que c’est totalement faux.

Mais cela a quand même des effets sur notre santé, mais lesquels ?

Alors quoi, je risque ma vie ou pas ?

Si vous limitez votre recherche aux premiers résultats, vous pourrez donc imaginer que se masturber avec frénésie ne joue pas véritablement de rôle sur notre santé. Mais on peut trouver d’autres informations, qui pourraient avoir une influence sur la santé.

Ainsi, trop se masturber peut, au final, jouer un rôle sur les érections. En effet, il a été démontré que prendre son pied de façon excessive en solo va contribuer à diminuer les érections rigides de façon conséquente. En demander trop à son sexe va le fatiguer ! Trop s’amuser peut aussi influer sur le nombre d’érections. Pour résumer, abuser des séances solos, c’est risquer d’avoir moins d’érections et celles-ci seront de moins bonne qualité.

Une masturbation trop régulière (plusieurs fois par jour) pourrait aussi jouer un rôle sur l’éjaculation précoce. Certaines recherches ont ainsi démontré que les personnes qui se masturbaient de façon trop importante étaient touchées par des éjaculations précoces beaucoup plus que leurs homologues plus raisonnables dans le domaine. Toutefois, cela concerne principalement les amateurs de « coups très rapides ». Cela serait dû au cerveau, qui, habitué à cette vitesse de l’acte, va dupliquer les réactions du corps à chaque acte sexuel. « Tu aimes faire ça vite, bien, on va le faire vite ! ».

Trop se masturber peut aussi avoir un effet négatif sur la qualité du sperme. Et cela ne se rencontre pas uniquement chez ceux qui s’adonnent au plaisir solo plusieurs fois par jour. Effectivement, il suffit d’une masturbation une fois par jour (tous les jours quand même) pour voir la qualité de son sperme diminuer de façon assez importante. Celui-ci va alors contenir moins de spermatozoïdes. Cela se remarque encore plus chez les hommes âgés qui vont subir ce phénomène de façon plus accentuée.

Pour ce qui est de ceux qui apprécient les longues séances (voire très longues), les professionnels préfèrent prévenir que le risque peut être plus grand. En effet, comme tout rapport sexuel « longue durée », la séance solo prolongée peut avoir des conséquences sur les corps caverneux. Ces tissus érectiles vont alors s’épaissir de façon anormale. Le résultat d’une masturbation prolongée dans le temps ? La maladie de Lapeyronie. Cela peut aussi être visible si vous utilisez un anneau de constriction pour vous faire plaisir lors de votre moment sexe solo.

Mais c’est quoi, cette maladie ? Il s’agit, pour résumer, d’une déformation plus ou moins importante de la verge. Je vous rassure, ce n’est pas grave, mais cela peut être très gênant.

Autre risque possible, et cela semble évident finalement : trop s’amuser peut provoquer des douleurs sur le sexe (qui somme toute n’est pas obligatoirement fervent d’un frottement trop important et trop fréquent). Le pénis peut alors être blessé.

Enfin, trop se masturber peut aussi être à l’origine de pannes sexuelles. Là encore, le cerveau va assimiler plaisir avec sexe solo, et ne va plus prendre en compte les séances à deux comme source de plaisir.

Un risque limité, mais quand même

Vous l’avez noté, se masturber trop ne provoque pas de risques sur la santé en général, mais peut avoir des répercussions sur la santé sexuelle.

On doit néanmoins noter un petit truc qui peut s’avérer très important. Être un véritable accro du sexe solo (plusieurs fois par jour, et tous les jours) peut être un symptôme d’un problème plus profond. Si vous ne sentez plus de véritable plaisir, mais qu’au contraire, vous avez l’impression que c’est un besoin compulsif, il peut être utile de consulter un sexologue. Il peut en effet s’agir d’un signe de malaise ou de dépression.