Certains n’y pensent quasiment jamais, d’autres au contraire s’adonnent à la masturbation régulièrement, voire très très régulièrement. Cela détend, fait du bien et fait passer l’excitation sexuelle qui peut parfois être obsédante. Mais à partir de quand c’est trop ? N’y a-t-il pas un risque à « trop pratiquer la masturbation» ?

risques de la masturbation

© Can Stock Photo / lofilolo

Trop se masturber provoque rarement des méfaits sur la santé en général, mais peut avoir des répercussions sur la santé sexuelle : trouble de l’érection, éjaculations précoces, déformations et douleurs.

A partir de combien considère-t-on qu’on se masturbe trop ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question, car la fréquence de la masturbation considérée comme excessive peut varier considérablement d’une personne à l’autre en fonction de différents facteurs tels que la culture, les normes sociales, les croyances personnelles et le bien-être individuel.

Toutefois, on peut considérer que devoir se masturber au moins deux fois par jour tous les jours sur une période supérieure à 2 semaines commence à faire trop.

Plus généralement, les adolescents qui ont les hormones en effusion et les personnes célibataires n’ayant pas eu de rapports sexuels depuis un moment ont tendance à davantage se faire du bien et se décharger en se masturbant.

Cependant, dans certains cas, la masturbation peut devenir excessive si elle interfère avec les activités quotidiennes normales, les relations personnelles ou le bien-être général.

Voici quelques signes qui pourraient indiquer une masturbation excessive :

  • Préoccupation excessive ou obsessionnelle à propos de la masturbation.
  • La nécessité de se masturber fréquemment, même lorsque cela devient inconfortable ou douloureux.
  • L’incapacité à contrôler ou à limiter la fréquence de la masturbation malgré des efforts pour le faire.
  • Retrait social ou évitement d’activités normales pour dédier se temps au sexe en solo, avec un impact négatif sur le fonctionnement quotidien, y compris le travail, les études ou les relations personnelles.
  • Sentiments de culpabilité, de honte ou de détresse associés à la masturbation.

Si vous vous inquiétez de votre propre comportement de masturbation ou si vous pensez qu’il pourrait être excessif, il peut être utile de parler à un professionnel de la santé ou à un thérapeute sexuel pour obtenir des conseils et un soutien appropriés.

Souvent, le sport aide aussi à décharger autrement la pression.

Cause de troubles de l’érection

Il a été démontré que prendre son pied de façon excessive en solo va contribuer à diminuer les érections rigides de façon conséquente. En demander trop à son sexe va le fatiguer !

Se masturbes excessivement peut aussi influer sur le nombre d’érections. En moyenne, un homme peut avoir entre 3 à 5 érections spontanées pendant la journée, en plus des érections qui surviennent lors de l’activité sexuelle ou en réponse à la stimulation physique ou mentale. Cependant, cela peut varier considérablement d’une personne à l’autre.

Enfin, se masturber à l’excès peut aussi être à l’origine de pannes sexuelles. Là encore, le cerveau va assimiler plaisir avec sexe solo, et ne va plus prendre en compte les séances à deux comme source de plaisir.

Abuser des séances solos, c’est risquer d’avoir moins d’érections et celles-ci seront de moins bonne qualité.

A l’origine d’éjaculations plus précoces

Une masturbation trop régulière (plusieurs fois par jour) pourrait aussi jouer un rôle sur l’éjaculation précoce. Certaines recherches ont démontré que les personnes qui se masturbaient de façon trop importante étaient touchées par des éjaculations précoces beaucoup plus que leurs homologues plus raisonnables dans le domaine.

Toutefois, cela concerne principalement les amateurs de « coups très rapides ». Cela serait dû au cerveau, qui, habitué à cette vitesse de l’acte, va dupliquer les réactions du corps à chaque acte sexuel : « tu aimes faire ça vite, bien, on va le faire vite ! ».

Un impact sur la qualité du sperme et la fertilité

Trop se masturber peut aussi avoir un effet négatif sur la qualité du sperme. Et il suffit d’une masturbation quotidienne pour voir la qualité de son sperme diminuer de façon assez importante. Celui-ci va alors contenir moins de spermatozoïdes, et donc être moins fertile. Cela se remarque encore plus chez les hommes âgés qui vont subir ce phénomène de façon plus accentuée.

Une déformation du pénis voire des douleurs

Pour ce qui est de ceux qui apprécient les longues séances (voire très longues), les professionnels préfèrent prévenir que le risque peut être plus grand. En effet, comme tout rapport sexuel « longue durée », la séance solo prolongée peut avoir des conséquences sur les corps caverneux. Ces tissus érectiles vont alors s’épaissir de façon anormale.

Le résultat d’une masturbation prolongée dans le temps ? La maladie de Lapeyronie : Il s’agit d’une déformation plus ou moins importante de la verge. associée parfois à des douleurs lors de l’érection. Cela peut aussi être visible si vous utilisez un anneau de constriction pour vous faire plaisir lors de votre moment sexe solo.

Plus généralement, sans aller au stade de la maladie, trop se branler peut provoquer des douleurs temporaires sur le sexe, à cause d’un frottement trop important et trop fréquent. Le pénis peut alors être blessé.

Un symptôme de quelque chose de plus profond?

On doit néanmoins noter un petit truc qui peut s’avérer très important. Être un véritable accro du sexe solo (plusieurs fois par jour, et tous les jours) peut être un symptôme d’un problème plus profond.

Si vous ne sentez plus de véritable plaisir, mais qu’au contraire, vous avez l’impression que c’est un besoin compulsif, il peut être utile de consulter son médecin, qui pourra vous orienter vers un sexologue. Il peut en effet s’agir d’un signe de malaise ou de dépression.

Les bénéfices de la masturbation

La masturbation peut offrir divers avantages pour la santé physique, émotionnelle et sexuelle, notamment. Il est important de noter que la masturbation est une pratique normale et saine, tant qu’elle est effectuée de manière responsable et dans le respect de soi-même, et éventuellement des autres.

Un soulagement bienvenu

La masturbation permet de répondre aux besoins sexuels individuels sans avoir besoin d’un partenaire.

L’orgasme libère des endorphines et des hormones du bonheur, ce qui peut aider à réduire le stress et à améliorer l’humeur.

L’orgasme peut favoriser la relaxation et aider à mieux dormir.

Amélioration de la santé sexuelle

La masturbation peut aider à explorer le corps et à découvrir ce qui procure du plaisir, ce qui peut améliorer l’expérience sexuelle avec un partenaire.

Il est bon de se masturber ! Entre l’envie de découvrir sa sexualité, les fantasmes que l’on a, l’impression de développer ses performances, la curiosité suscitée par les sex toys masculins encore tabou il y a quelques années, entre les anneaux vibrants, savoir si on peut ou non utiliser un cockering, savoir quelle marque de masturbateur acheter ?

Enfin, la masturbation régulière peut contribuer à renforcer les muscles pelviens, ce qui peut être bénéfique pour la santé sexuelle et le contrôle de la vessie.

Réduit les risques de cancer de la prostate ?

Se masturber fréquemment serait bon pour réduire le risque des cancers de la prostate. L’éjaculation est bénéfique, en effet, pour protéger la prostate, que cela se fasse par rapport sexuel à deux ou en solo.

La relation entre la masturbation et le risque de cancer de la prostate a été étudiée, mais les résultats sont mitigés et nécessitent plus de recherche pour être pleinement compris. Certaines études suggèrent qu’une activité sexuelle régulière, y compris la masturbation, pourrait être associée à un risque légèrement réduit de cancer de la prostate, mais d’autres études n’ont trouvé aucune association significative.

Il est important de noter que de nombreux facteurs influent sur le risque de cancer de la prostate, y compris l’âge, les antécédents familiaux, l’alimentation et le mode de vie global. Se masturber fréquemment ne devrait pas être considéré comme une stratégie de prévention du cancer de la prostate. Si vous avez des préoccupations concernant votre santé prostatique, il est préférable de consulter un professionnel de la santé pour des conseils personnalisés et des recommandations appropriées.

Aucune dégradation de l’auditon

Enfin pour ce qui est de l’adage : « se masturber rend sourd », sachez que c’est totalement faux. Les médecins n’ont pas pu démontrer que la masturbation a un rôle sur la qualité de l’audition.

4.3/5 - (132 votes)