Présentation d'une étude pseudo scientifique grecque avançant ce dogme approximatif ? Fouinons un peu pour voir si ça fonctionne !

Je savais que l’huile d’olive améliorait considérablement la saveur d’une salade de tomates additionnée de mozzarelle et de basilic, mais concernant les performances sexuelles, c’est autre chose ! Je connaissais, à peu près, certaines des vertus thérapeutiques de l’huile d’olive comme antiseptique naturel.

Je n’ignorais pas son pouvoir anti-inflammatoire ni ses vertus d’hydratation pour la peau, mais les résultats d’une étude scientifique grecque m’ont fortement surpris. Que dit cette étude présentée lors d’un congrès de cardiologie en Allemagne sur les performances sexuelles ?

Huile d'olive et performances sexuelles

© Can Stock Photo / TeoLazarev

L’huile d’olive plus intéressante que le viagra pour les performances sexuelles ?

Il s’agit d’une étude portant sur un échantillon de 670 hommes, âgés en moyenne de 67 ans et vivant tous sur l’île grecque d’Ikaria. Ces hommes suivaient un régime alimentaire de type crétois (méditerranéen) composé de légumes, fruits et poissons, avec beaucoup d’huile d’olive.

À raison d’une consommation d’environ neuf cuillères d’huile d’olive par semaine, ces hommes seraient moins touchés par des dysfonctionnements érectiles, que la moyenne de leurs congénères après 70 ans.

Le docteur Christina Chrysolhoou, qui a dirigé cette étude avance comme explication, que l’huile d’olive aurait pour effet d’augmenter la circulation du sang et le taux de testostérone. Ces deux phénomènes venant diminuer le risque de dysfonctionnement érectile de 40 %.

En clair, si vous voulez conserver votre puissance sexuelle après 70 ans, il vous faut ingurgiter au moins neuf cuillères d’huile d’olive par semaine.

Et le docteur grec d’enfoncer le clou, si j’ose dire, en avançant en guise de conclusion, que l’huile d’olive aurait des effets plus durables que le viagra, qui lui, n’agit qu’à court terme.

Si comme moi vous n’êtes que des consommateurs épisodiques d’huile d’olive, je vous invite à faire une expérience. Versez neuf cuillères de cette huile dans un saladier, et vous pourrez visualiser l’importance de la quantité de liquide à avaler. C’est beaucoup ! Je me suis donc posé quelques questions.

Qui pouvait l’emporter ? Quel effort à fournir pour avaler l’huile, comparé à l’absorption rapide d’un comprimé de viagra ? J’en étais là de mes interrogations, lorsque 48 heures plus tard, je suis tombé, vraiment par hasard, sur un article paru dans le journal Le Monde.

Un article de journal pour changer votre vision du monde

Et quand je parle du monde, c’était doublement vrai. Enfin, je vais tenter de rester sérieux.

Que disait cet article issu d’un quotidien crédible sur l’huile d’olive et les performances sexuelles? Ce journal et l’auteur de l’article prétendaient que les affirmations de l’étude grecque qui m’avait interpellée ne reposaient en fait sur rien de sérieux. Si le résumé de l’étude était paru sur Internet, où il avait comme on s’en doute fait grand bruit, rien ne pouvait venir corroborer précisément les chiffres et pourcentages avancés par notre médecin grec sur l

Le journaliste venait nous expliquer la procédure que devait suivre la parution d’une étude scientifique, pour être reconnue véritable. L’étude grecque ne pouvait être validée, ne s’étant contentée que de la parution d’un court résumé.

Je me souvins de mes réactions à sa lecture. Un truc m’avait quelque peu gêné, c’était précisément les neuf cuillères d’huile.

Pourquoi, justement neuf, m’étais-je dit? Et pourquoi pas dix ou douze ? J’en avais conclu, hâtivement sans doute, que le docteur avait voulu envelopper sa démonstration dans l’idée ancienne de la neuvaine. Neuf cuillères d’huile d’olive à neuf heures, tous les neufs jours, pourquoi pas ?

Il ne reste donc plus que le viagra comme alternative médicale à un hypothétique dysfonctionnement érectile, c’était un peu court ! Insuffisant même !

Après tout, cette étude grecque parlait également d’un régime crétois et je décidais, tout aussitôt, d’en savoir plus sur le sujet.

Les vertus du régime méditerranéen

Je fus d’abord surpris de voir qu’on lui consacrait une place importante sur Internet. Ma deuxième surprise vint, après lecture, du fait que l’on y parlait très peu de viande, pour privilégier le poisson. Que le fromage n’était exclusivement apprécié que grâce à la chèvre ou la brebis. Tout cela venait bousculer considérablement mes habitudes, mais je trouvais ces articles bien intéressants quand même.

On y insistait sur le fait que ce type de régime diminuait de 30 % les risques d’accident cardio-vasculaire. Et même si je ne sais pas tout, je sais que ces derniers représentent un taux de mortalité très élevé chez nous. Tout cela était expliqué dans une étude, détaillée cette fois, parue en 2013. Un peu plus loin dans ma lecture, j’ai retrouvé, non sans plaisir, l’huile d’olive, le poisson, les fruits, les noix et les légumes.

J’ai repensé alors à la logique d’un vieux paysan éleveur d’autrefois. Il avait coutume de dire : j’ai 100 hectares d’herbe en pâtures, je peux donc élever 100 vaches, car il leur faut un hectare d’herbe par bête. Il me semble qu’on est aujourd’hui bien loin de cet équilibre et que les aliments en grains donnés aux bêtes ne doivent pas avoir les mêmes vertus que l’herbe naturelle d’autrefois.

Les avantages de l’huile d’olive

Il est souvent bon de revenir à son propos de départ. Ainsi, pour en savoir plus, j’ai lu tout ce qui concerne l’huile d’olive. J’ai identifié son rôle majeur dans le régime crétois. J’ai appris qu’elle est riche en Oméga 9, qui sont des acides gras insaturés. Qu’en plus de prévenir des AVC, des accidents cardiaques, de la démence, elle possède aussi la vertu de faire baisser fortement le taux de cholestérol. Là, j’ai voulu comprendre le processus de tous ces bienfaits. Pourquoi et comment ça fonctionne ?

La composition de l’huile d’olive révèle un taux important d’acide oléique mélangé avec certains polyphénols. Ces deux agents permettent de réduire l’inflammation des parois artérielles et de préserver leur souplesse. Ce phénomène possède, entre autres, comme avantage de baisser la tension artérielle.

En poursuivant ma lecture, j’ai relevé les résultats de nombreuses études réalisées en Italie, en Espagne ou aux États-Unis, toutes sont unanimes à vanter les bienfaits divers de l’huile d’olive, sur le cœur, la circulation, la démence et même, la préservation de la masse osseuse.

J’ai compris alors que la santé dépendait directement de notre alimentation, et si on est en bonne santé, on peut penser que nos performances sexuelles seront au rendez-vous! Depuis, plus un repas sans huile d’olive, surtout vue mes origines !

4.8/5 - (18 votes)