L’éjaculation permet la reproduction sexuée chez l’homme et est considérée comme un besoin physiologique. Elle consiste en une phase de production (ou d’émission) de spermatozoïdes par les glandes séminales, qui seront stockés dans les testicules en attendant une expulsion, qui survient après une excitation et une stimulation adéquate.

La production de sperme est donc permanente, et est boostée par l’excitation et la stimulation. Dans ces circonstances, combien de temps un homme peut-il rester sans éjaculer ?

Combien de temps un homme peut rester sans éjaculer

© Can Stock Photo / deandrobot

À quelle fréquence faut-il qu’un homme éjacule ?

Que ce soit avec un (ou plusieurs) partenaires, ou en solitaire, l’éjaculation est un procédé naturel qui soulève de nombreuses questions de la part des hommes.

Tous les combien de temps faut-il éjaculer ?

Les hommes n’osent très rarement poser la question du rythme normal d’éjaculation ou des risques associés à une abstinence voulue ou pathologique. Qu’ils se rassurent, le corps humain est (parfois) bien conçu. L’éjaculation régulière, si elle s’est révélée bénéfique pour la santé, n’est en aucun cas une obligation.

Hors rare pathologie, l’abstinence et le manque de relations sexuelles ne constituent pas un danger tangible pour la santé.

Il n’y a pas de règle concernant le nombre et le rythme d’éjaculations normaux de l’homme. Il dépend en effet de l’envie et du besoin ressenti par chacun, et aussi du taux d’hormones, de l’excitabilité et du contexte socio-familial… donc d’une personne à l’autre.

En règle générale toutefois, les hommes ont tendance à vouloir « se vider » davantage que les femmes. D’où une pratique plus répandue du plaisir solo.

Combien de temps sans se masturber ?

Un homme peut tout à fait être plusieurs semaines, plusieurs mois ou plusieurs années sans se masturber, voire même aucun sans rapport. Cela n’aura aucune incidence sur sa santé, ni son épanouissement, à moins que cette situation ne lui provoque de la gêne, auquel cas il est recommandé d’en parler avec son médecin.

La non-masturbation est bien plus courante chez les hommes ayant des rapports sexuels fréquents.

Mais certains hommes se rapprochant de l’asexualité se masturbent très peu, voire jamais. Et il n’y a rien de grave.

Le bon rythme pour l’éjaculation est celui qui vous convient !

Le meilleur conseil que je peux donc vous donner est de respecter vos envies et vos besoins.

Il n’y a aucune donnée chiffrée sur le nombre de masturbations ou de rapports sexuels à avoir dans la semaine, dans le mois ou dans l’année. Les hommes et les femmes peuvent passer longtemps sans faire l’amour ou se toucher, tout dépend des besoins de chacun, mais aussi des périodes de sa vie.

En cas de questions ou d’interrogations sur votre santé, relatives à l’éjaculation ou à un autre aspect de votre vie sexuelle, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à un spécialiste que sont les urologues et sexologues. Ils vous apporteront une réponse personnalisée, sans jugement, qui vous tranquillisera.

Combien de temps tenir sans éjaculer ?

La durée moyenne avant l’éjaculation peut varier considérablement d’un individu à l’autre en fonction de plusieurs facteurs, notamment l’âge, le niveau d’excitation, l’expérience sexuelle, et la santé générale.

Pour un rapport sexuel

En moyenne, les hommes non entraînés durent généralement entre 3 et 7 minutes après la pénétration avant d’éjaculer. Cependant, de nombreux facteurs peuvent influencer cette durée, y compris le niveau d’excitation, le stress, la fatigue et d’autres facteurs psychologiques et physiologiques.

Il est important de noter que la durée de l’activité sexuelle n’est pas nécessairement liée à la satisfaction sexuelle. Ce qui compte le plus dans une relation sexuelle est la communication, le plaisir mutuel et le bien-être des partenaires.

Pour la masturbation

Pour ce qui est de la masturbation, les hommes ont tendance à éjaculer plus rapidement, car le but recherché est plus la décharge qu’un rapport charnel et romantique avec soi-même.

Il n’est pas rare qu’une masturbation dure 1 minute ou 2. A l’inverse, certains font durer le plaisir.

Problèmes liés à l’éjaculation

De nombreux hommes ont du mal à se retenir de venir.

Quand considère-t-on qu’une éjaculation est précoce ?

L’éjaculation précoce est généralement définie comme l’éjaculation qui se produit trop rapidement et qui entraîne une détresse personnelle ou des problèmes relationnels. Il n’y a pas de définition universelle précise de l’éjaculation précoce, car cela peut varier d’un individu à l’autre et dépendre de facteurs tels que la satisfaction personnelle et celle du partenaire.

Cependant, certaines lignes directrices couramment utilisées pour diagnostiquer l’éjaculation précoce incluent :

  • Éjaculation qui se produit habituellement dans les premières minutes suivant la pénétration.
  • Incapacité à retarder l’éjaculation suffisamment pour permettre à son partenaire d’atteindre l’orgasme.
  • Sentiment de frustration, de détresse ou de contrariété lié à la rapidité de l’éjaculation.

Il est également important de noter que l’éjaculation précoce peut être primaire (présente depuis le début de l’activité sexuelle) ou acquise (se développe après une période de fonctionnement sexuel normal). Elle peut être causée par des facteurs psychologiques, physiologiques ou relationnels.

Quand considère-t-on qu’une éjaculation met trop de temps à arriver ?

Une éjaculation retardée, également connue sous le nom de « dysfonctionnement de l’éjaculation retardée », se produit lorsque l’éjaculation prend un temps anormalement long à se produire ou ne se produit pas du tout malgré une stimulation sexuelle adéquate. Cela peut entraîner des difficultés personnelles et relationnelles, et peut être source de frustration pour le sujet et son partenaire.

Il n’y a pas de durée spécifique qui détermine automatiquement qu’une éjaculation prend « trop de temps » pour arriver, car cela peut varier d’un individu à l’autre et dépendre de plusieurs facteurs, notamment :

  • L’intensité de la stimulation sexuelle.
  • Les attentes personnelles ou celles du partenaire en matière de timing.
  • Les croyances culturelles ou religieuses concernant la sexualité.
  • Les problèmes de santé sous-jacents, tels que certains troubles neurologiques ou endocriniens.
  • Les effets secondaires de certains médicaments.

Cependant, si l’éjaculation prend un temps excessivement long à se produire, au point de causer une détresse personnelle ou des difficultés relationnelles, cela peut être considéré comme un problème de santé sexuelle qui mérite d’être abordé avec un professionnel de la santé ou un thérapeute sexuel.

Je suis préoccupé par mes performances

Si vous avez des préoccupations concernant la durée de vos rapports sexuels ou votre performance sexuelle, il est préférable de discuter ouvertement avec votre partenaire et éventuellement de consulter un professionnel de la santé ou un thérapeute sexuel pour obtenir des conseils et un soutien adaptés. Ils peuvent aider à identifier les causes sous-jacentes et à recommander des stratégies de gestion appropriées. Il existe des traitements et des techniques disponibles pour aider à gérer l’éjaculation précoce et à améliorer la satisfaction sexuelle.

Les techniques pour éjaculer moins vite

Il existe plusieurs techniques et stratégies qui peuvent aider à retarder l’éjaculation et à prolonger la durée des rapports sexuels.

Voici quelques-unes à considérer :

  • Respiration : Pratiquer des techniques de respiration profonde et régulière peut aider à réduire l’anxiété et à favoriser la relaxation pendant les rapports sexuels, ce qui peut contribuer à retarder l’éjaculation. Même pendant l’acte, vous pouvez vous concentrer et respirer profondément en gonflant le bas du ventre.
  • Masturbation contrôlée : En vous masturbant régulièrement, vous pouvez apprendre à reconnaître les signes avant-coureurs de l’éjaculation et à mieux contrôler votre réponse sexuelle.
  • Utilisation de préservatifs épais : Les préservatifs épais peuvent réduire la sensibilité du pénis, ce qui peut aider à retarder l’éjaculation.
  • Exploration des préliminaires : Passer plus de temps sur les préliminaires peut aider à réduire l’anxiété et à augmenter le plaisir, ce qui peut contribuer à retarder l’éjaculation pendant les rapports sexuels.
  • Communication ouverte : Parlez ouvertement à votre partenaire de vos préoccupations et de vos besoins sexuels. Une communication honnête peut aider à réduire le stress et à renforcer l’intimité dans la relation, ce qui peut améliorer l’expérience sexuelle globale.
  • Technique du stop-start : Cette méthode implique de s’arrêter complètement toute stimulation sexuelle lorsque vous sentez que vous approchez de l’éjaculation. Une fois que l’envie d’éjaculer diminue, vous pouvez reprendre l’activité sexuelle. Répétez ce processus plusieurs fois pendant les rapports sexuels pour prolonger la durée.

Il est important de noter que ces techniques peuvent nécessiter de la pratique et de la patience pour être efficaces.

Quels sont les risques à ne pas éjaculer sur une longue période ?

Malgré les nombreux avantages que représente le fait d’éjaculer régulièrement, très peu de risques ont été mis en évidence quant à une abstinence à court et moyen terme. Seule une longue abstinence, de plus d’une année, pourrait selon l’association française d’urologie provoquer des troubles de l’érection.

En effet au bout d’une si longue période, si le sperme n’est pas expulsé, même de manière autonome durant la nuit (je vais y revenir), le corps aura tendance à s’adapter et à réduire sa production d’hormones ce qui peut provoque un trouve de la régulation de l’éjaculation, et provoquer par exemple un jour des éjaculation précoces. L’éjaculation précoce cause des problèmes à beaucoup d’homme au sein de leur couple car le plaisir ne dure en général quelques secondes…

À court terme, on peut toutefois noter que ne pas éjaculer pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, crée un risque accru de nervosité. Les hormones sont encore une fois responsables. En s’accumulant, elles augmentent le besoin ressenti de relations sexuelles, et la tension sexuelle associée. C’est pour cela que chaque jour d’abstinence sera plus difficile que le précédent, avec des envies de sexe qui iront crescendo. Si elles ne sont pas assouvies, il est tout naturel que l’homme ressente quelques tensions nerveuses dans sa vie de tous les jours.

Qui sont les hommes qui ne se vident pas ?

Même s’ils ne représentent qu’une infime minorité de personnes, au final de nombreux hommes n’éjaculent pas, et ce pour différentes raisons. Certaines volontaires, d’autres pathologiques.

En premiers viendront les célibataires et hommes en couple, pour qui la masturbation est soit honteuse, soit prohibée. En effet certains célibataires considèrent que se masturber sera leur ultime recours et préfèrent attendre de trouver un partenaire. En ce qui concerne les hommes en couple, quelques-uns, malgré une partenaire attitrée, n’ont pas de relations sexuelles pendant de longues périodes. Pour des raisons qui les regardent, ils ne se masturbent pas, car cela serait considéré comme une sorte d’adultère.

D’autres hommes n’éjaculent pas pour des raisons religieuses. En effet le vœu d’abstinence dans certaines religions concerne aussi bien le sexe avec un partenaire que le sexe en solo.

Viennent ensuite les adeptes du Nofap, ou du Nonut challenge, qui consiste à soit ne pas se masturber, soit à ne pas éjaculer du tout pendant une période donnée. Les raisons sont multiples, challenge entre amis, ou même recherche de performances sportives… Certains professionnels vantent en effet le gain de vigueur constaté dans leur discipline lors des périodes de frustration sexuelle, allant même jusqu’à s’interdire toute relation sexuelle avant une compétition.

Enfin, certains hommes n’éjaculent pas pour des raisons médicales. Les personnes asexuées ne ressentent pas le besoin d’avoir des rapports sexuels ni de se masturber. Elles sont rares, mais la science et la médecine ont prouvé qu’elles représentent tout de même des cas réels. Pour finir, d’autres sont sujets à l‘anéjaculation, qui est un trouble de l’éjaculation, qui empêche tout simplement l’homme d’éjaculer, quand bien même il en a envie et est correctement stimulé…

Que devient le sperme non expulsé du corps ?

Comme nous l’avons vu, le sperme est en production permanente par le corps humain. Cette production est même accentuée lors des phases d’excitation et de stimulation. Le sperme va donc s’accumuler au niveau des testicules pour y être stocké en attente d’un orgasme libérateur. À ce stade, si rien ne se produit (aucune relation sexuelle, aucune masturbation…), le sperme sera évacué de deux manières.

Pour le cas d’un homme en bonne santé, le trop-plein sera évacué de la même manière que toutes les cellules mortes produites par le corps humain. À savoir, il sera filtré et expulsé dans les urines, de manière invisible et indolore, à mesure qu’il sera renouvelé.

Plus rarement, et surtout chez les adolescents, le sperme sera expulsé la nuit, lors de rêves érotiques, qui provoqueront un orgasme. Qu’on appelle ce phénomène pollution nocturne, rêve mouillé, orgasme nocturne… il reste le même et est tout à fait naturel. Certaines personnes se réveilleront suite à cet orgasme, d’autres ne s’apercevront de l’expulsion nocturne de sperme que le matin au réveil. En tout état de cause, cela n’est en aucun cas dangereux, ni encore moins honteux. C’est une manière tout à fait naturelle qu’a le corps de l’homme d’expulser le trop-plein de sperme.

Quels avantages à éjaculer régulièrement ?

Si aucun rythme d’éjaculation n’est établi de manière stricte et invariable, il y a tout de même de nombreux avantages à éjaculer, surtout de manière régulière.

Éjaculer permet de lutter contre le stress

Tout d’abord, éjaculer diminue drastiquement le stress ressenti par la personne. En effet l’éjaculation libère dans le cerveau une forte dose d’endorphines, qui peut rester active jusqu’à 6 heures après sa libération. Cette hormone provoque relaxation, somnolence, voire même euphorie chez certains sujets. Éjaculer régulièrement peut donc aider de manière concrète à réduire le stress.

Éjaculer avant de dormir permet de trouver le sommeil plus facilement

Pour la même raison que précédemment, l’éjaculation favorise le sommeil. L’endorphine libérée lors de l’orgasme étant responsable de la somnolence et de l’état de détente recherchée lors de la phase d’endormissement. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire lorsque vous ne trouvez pas le sommeil.

Une éjaculation régulière éloigne les risques de cancer de la prostate

Médicalement parlant, éjaculer régulièrement permet aussi de lutter contre le cancer de la prostate. En effet, les cellules mortes ou vieillissantes présentes dans le liquide séminal seront expulsées en même temps que le sperme jeune, évitant ainsi qu’elles ne restent trop longtemps dans les testicules.

Cet effet reste cependant difficile à prouver de manière scientifique. En revanche c’est du point de vue des statistiques que la relation entre éjaculation et cancer se fait plus visible. Sur le panel de personnes étudié, celles qui ont une vie sexuelle active (avec ou sans partenaire) sont aussi celles qui seront le moins enclines à développer un cancer de la prostate. Des scientifiques ont établi qu’à partir de 21 éjaculations par mois, le risque de cancer de la prostate pouvait être réduit.

4/5 - (123 votes)