Le cunnilingus : un acte sexuel qui n'a rien d'un préliminaire ! Voici un guide complet pour s'y prendre le mieux possible.

Appeler cet article « guide complet » peut sembler prétentieux, mais c’est bien mon souhait. Je n’ai pas d’autre envie que de parler en toute liberté d’une pratique qui demande quelques connaissances et surtout une bonne dose d’érotisme. Le cunnilingus n’est pas le détail d’une pratique, c’est un moment d’intense complicité qui demande néanmoins quelques précautions, de la patience, et surtout un lâcher-prise de la part des deux partenaires…

Comment faire un cunnilingus

© Can Stock Photo / Wisky

Pour commencer, faisons les présentations

Je préfère commencer par une explication nette et précise, car mieux vaut savoir de quoi on parle dès le début. Le cunnilingus est un acte sexuel à part entière, mais peut aussi faire partie d’un jeu qui se décline à l’infini. C’est la stimulation des organes génitaux de la femme, et en particulier la vulve et le clitoris avec la bouche, langue, lèvres…

Les doigts sont les bienvenus pour couvrir d’autres zones érogènes tels que le vagin ou l’anus. Il s’agit d’exercer des frottements par léchage ou par la pression. Je ne pourrai pas faire une liste exhaustive de tout ce que peut accomplir la langue, car les possibilités semblent infinies.

Patience et tendresse avant tout

Je précise que le cunnilingus est prioritairement exercé sur le clitoris qu’il va falloir trouver. Pour le trouver, il doit gonfler un peu, et pour qu’il gonfle, la femme doit être excitée. Donc, je vous conseille l’érotisme, la patience et les caresses autour de la zone comme le bas du ventre ou l’intérieur des cuisses.

Que vous soyez un homme ou une femme à faire un cunnilingus à votre partenaire, n’oubliez pas que le plaisir féminin est une onde sur laquelle il va falloir surfer. Et avant de trouver la bonne vague, il faut en tenter plusieurs, et ne pas lâcher…

Préliminaire ou pas…

Je ne pense pas qu’il y ait des pratiques que ne soient que des préliminaires et d’autres non… Et quand le cunnilingus arrive, j’ai l’impression que le stade des préliminaires est déjà loin. Cela voudrait surtout dire que s’il y a préliminaire, il y a un objectif. Ce qui est vrai, mais ce n’est pas obligatoirement la pénétration.

L’objectif, c’est l’orgasme, ou le plaisir intense (et oui, on n’atteint pas toujours l’orgasme, et faut pas non plus en faire une maladie, le plaisir et le partage étaient quand même au rendez-vous !)

Plaisir d’offrir !

Le cunnilingus peut être la réponse à une fellation ou un cunnilingus s’il s’agit de deux femmes, mais cela peut également être un acte isolé. L’égoïsme et l’altruisme ont aussi leur place dans les pratiques sexuelles.

J’espère toujours qu’en chacun de nous sommeille le plaisir d’offrir sans en attendre autre chose immédiatement. Fait par un homme ou une femme, le cunnilingus peut être un acte isolé, pour offrir à sa compagne un plaisir égoïste, un moment rien qu’à elle, un vrai cadeau de relaxation et de jouissance.

Pratiqué en préliminaire, le cunnilingus déclenche bien souvent le processus de lubrification qui peut être plus ou moins long selon chaque femme.

Techniques d’approches

J’ai préféré ne pas attaquer de suite avec la partie technique… Il fallait poser les bases érotiques, voire romantiques de la pratique du cunnilingus.

Même si je suis bien incapable de vous fournir une liste exhaustive des pratiques conduisant au plaisir suprême, quelques petits conseils peuvent s’avérer utiles.

C’est une pratique que toutes les femmes n’ont pas essayée ou reçue. Je me dis que si c’est la première fois avec votre partenaire, mieux vaut éviter l’effet de surprise et s’approcher en douceur. Des caresses bien ciblées, des baisers qui se rapprochent du pubis, une position qui ne laisse planer aucun doute. Le cunnilingus mérite ses propres préliminaires …

Sachez observer, écouter et proposer

Si vous êtes un homme à barbe, moustache, barbe de trois jours, n’oubliez pas que la vulve, les lèvres, le clitoris sont très sensibles et parfois très irritables. L’excitation et la douleur peuvent prendre parfois le même visage et votre partenaire peut ne pas vouloir vous vexer en exprimant une gêne.

Je vous conseille donc de ne pas oublier votre pilosité lorsque vous allez frotter votre visage contre le sexe de votre partenaire… Utilisez alors juste votre langue sans trop vous approcher. Le plaisir et le confort de la femme sont ici l’enjeu de cette pratique.

Le clitoris aime être sollicité, mais pas avec les dents ! C’est un organe extrêmement sensible et qui gonfle avec le plaisir. Si vous êtes un homme, pensez à la douceur d’une fellation, et ne mordillez pas.

Faites des mouvements doux, circulaires ou de haut en bas ou de droite à gauche, je ne me lancerai pas dans un schéma, car je n’ai pas cette présomption de connaître la formule magique. Mais je peux dire qu’être à l’écoute et attentionné aux rythmes que prennent les ondulations du corps de votre partenaire vous donne des bonnes indications sur l’efficacité de vos mouvements.

Propreté et maladies sexuellement transmissibles

Je ne pouvais pas faire l’impasse sur les risques que comporte la pratique du cunnilingus, car cela reste un acte sexuel à part entière où deux muqueuses possiblement porteuses de maladies sont amenées à être en contact. Il y échange de fluides corporels, donc … Parlons maladie !

Il faut savoir que toutes les MST et IST sont transmissibles lors d’un cunnilingus. La Chlamydia, l’Hépatite B ou C la Syphilis se transmettent plus difficilement par le sexe oral, mais le risque est néanmoins bien présent. Les deux infections qui se transmettent facilement par une pratique sexuelle orale sont l’Herpès et le HPV (papillomavirus), car il suffit d’un simple contact des muqueuses. En revanche, le cunnilingus n’est pas la cause de la contamination du VIH.

Le cas du papillomavirus mérite que l’on s’y arrête quelques instants. Je tiens à préciser que cette infection n’est pas à prendre à la légère, et qu’un vaccin existe. Effectivement, la plupart des personnes porteuses de ce virus l’ignorent, et donc sont susceptibles de le transmettre sans le savoir. Il existe de réelles suspicions sur le lien entre le Papillomavirus et le cancer de la gorge, surtout chez l’homme. La vaccination est plus rarement effectuée sur les hommes.

Dans le respect de votre partenaire, il convient de vous rapprocher de votre médecin traitant afin d’évoquer soit un dépistage, soit une vaccination, car il n’y a pas vraiment de protection possible comme avec le préservatif.

Transparence, honnêteté et prévention

Je vous conseille l’honnêteté et la transparence, car des maladies comme l’Herpès ou la Chlamydia sont de réelles gênes et peuvent avoir des complications sérieuses.

Votre hygiène et la connaissance des maladies transmissibles ainsi que leurs moyens de transmissions sont le meilleur garant.

Il existe une protection pour les pratiques orales comme le cunnilingus ou la fellation : la digue dentaire. Elle reste très peu utilisée et ne se trouve pas partout.

Au moindre doute, à la moindre gêne ou suite à des sensations désagréables au niveau des organes génitaux, consultez votre médecin et alertez votre ou vos partenaires, surtout si vous avez plusieurs sex friends.

Et maintenant, on se laisse aller !

Je ne pouvais pas terminer sur une note trop technique, mais néanmoins nécessaire !

Pratiquer un cunnilingus, c’est avant tout un moment d’une intimité rare et d’une confiance bienveillante. Votre compagne doit pouvoir se laisser aller et ne penser qu’à elle et à son plaisir. Si vous le souhaitez messieurs, vous pouvez utiliser un anneau vibrant également.

Ce sont vos caresses, vos paroles et votre sensualité qui vont pouvoir vous porter à ce doux moment. Ne soyez pas un bon technicien, ni trop impatient.. Je vous conseille l’écoute, l’envie de donner et la curiosité. Le sexe féminin est encore pour beaucoup d’hommes, mais également de femmes une somme d’interrogation : le cunnilingus fait avec passion devrait pouvoir vous ouvrir de nouveaux horizons !