Vous avez des difficultés à muscler vos mollets comme beaucoup d'homme ? Voici quelques pistes qui pourraient vous aider à les développer.

Alors que les fêtes de fins d’années arrivent avec leurs lots de nouvelles résolutions, une se retrouve toujours en tête de liste : « Cette année, je me reprends en main ! ».

Les bancs des salles de sport se trouvent bondés l’histoire de quelques semaines, le temps que l’euphorie passe, tandis que les grandes enseignes sportives sont dévalisées. Qui dit remise en forme, dit aussi bilan de soi. Les pecs ? C’est OK. Les épaules ? Ça va. Les biceps ? Ce n’est pas optimal, mais ça ira. Le fameux 6-pack ? Je réduirai un peu le chocolat !

Mais dans ce bilan, ces messieurs ont souvent tendance à oublier la partie inférieure de leur corps, à savoir les fessiers, les quadriceps et autres ischio. Plus encore : les mollets, dont on n’entend jamais parler. Je vais vous expliquer rapidement pourquoi il est si difficile de muscler cette partie du corps.

Pourquoi les mollets sont si difficiles à muscler

© Can Stock Photo / jalephoto

Ce n’est pas sexy, un mollet…

Sauf quand je rencontre un cycliste, je connais peu d’hommes qui se vantent de leur physique en mentionnant à quel point leurs mollets sont esthétiques et bien dessinés. Si on devait lister les muscles les plus sexy, le mollet serait très certainement bon dernier, très loin derrière les dorsaux, les épaules, les pectoraux et les abdominaux.

Sauf qu’on ne va pas se mentir : beaucoup d’hommes commencent à pousser de la fonte pour plaire à ces dames, ou du moins, pour améliorer leur condition physique d’un point de vue seulement esthétique. Ce n’est pas la majorité, mais tout de même.

Couplons à cela que nombre d’hommes zappent les entrainements des jambes pour se concentrer sur la partie supérieure de leur corps, le constat est sans appel pour ce pauvre mollet : il est souvent oublié et mis de côté alors que, comme tout muscle du corps, il revêt une importance capitale et indispensable à notre bon fonctionnement. Je dirai même plus : le groupe musculaire des mollets est un des plus essentiels du corps, un de ceux qu’on utilise le plus au quotidien.

Un muscle à l’utilité souvent oubliée lors des séances de sport

Pour rappel, le corps humain est constitué d’environ 600 muscles. Autant dire que des choses à muscler et à renforcer, il y en a une sacrée tripotée ! Mais le mollet à proprement parler, de quoi se compose-t-il, et à quoi sert-il ?

Ce qu’on a tendance à appeler « mollet » est en fait une union de trois faisceaux musculaires appartenant à deux groupes bien distincts : les jumeaux (aussi appelé « gastrocnémien ») ainsi que le soléaire. Ce groupe musculaire, aussi appelé triceps sural, est terminé par le tendon d’Achille.

Ce triceps sural, communément nommé « mollet », est un groupe musculaire essentiel à la marche, au saut… mais également à la flexion du genou.

Après ce petit point anatomique, je vais vous dire concrètement à quoi il sert, le mollet, et surtout, pourquoi il est important de le muscler.

Lors d’une foulée, les mollets travaillent 25 % de plus que les quadriceps. Ce sont aussi eux qui permettent de fléchir les pieds à chaque réception, et de les tendre à chaque impulsion. Ce sont aussi eux qui absorbent les chocs dus à la course.

Lors d’un changement de direction ou d’une violente décélération, les mollets absorbent entre 10 et 12 fois le poids du corps : des mollets musclés et entraînés évitent les traumatismes. Et puis — oui, je n’ai pas terminé ! — les mollets permettent aussi de stabiliser les genoux, favorisant une meilleure technique de saut et éloignant toutes blessures… Je pourrais encore continuer à lister l’importance des mollets pendant longtemps.

Le mollet permet, de surcroît, de bondir plus haut, d’exécuter des mouvements rapides et explosifs : les jumeaux sont principalement constitués de fibres musculaires dites « rapides ». Même si le nombre de fibres rapides d’un individu est déterminé dans les gênes, en renforçant ses mollets, il est possible de réaliser des exercices complexes et très sollicitants tels que les high jumps ou encore les si détestablement adorés burpees.

Alors, toujours envie de négliger ses mollets ?

Des exercices particuliers et souvent peu appréciés

Contrairement au grand dorsal ou aux quadriceps qui peuvent être travaillés de manière isolée de différente façon, il existe très peu d’exercice d’isolation du mollet. Ce muscle servant principalement à marcher et à sauter, on le sollicitera bien plus fréquemment grâce à des entraînements polyarticulaires.

De même, muscler ses mollets implique aussi d’exécuter des mouvements pour beaucoup à base d’équilibre, de propulsion, d’élévation légère ou de flexion de la voute plantaire. On est bien loin d’un exercice aussi impressionnant qu’une traction ou qu’un squat !

Malgré cela, même si ces exercices peuvent être moins glorifiants ou agréables à réaliser, la pratique d’un sport, quel qu’il soit, s’accompagne toujours d’aspects plus négatifs : refuser de travailler un muscle parce qu’un mouvement ne vous plait pas n’est pas la bonne marche à suivre. Plutôt que de boycotter un muscle, trouver une nouvelle manière de le solliciter sera bien plus constructif !

Par exemple, si travailler les mollets enfermés dans une salle de sport avec des exercices ciblés ne vous convient pas, façonnez les en extérieur grâce à des randonnées, de la course à pied… ou bien, pourquoi pas, par des cours de danse !

Je pourrais résumer en deux mots : plaisir et imagination.

Dernier point : La récupération musculaire ! En effet, certaines hommes negligent cette étape très importante et ont tendances à entrainer (mal) leur mollet presque tous les jours, ce qui à la longue devient contre productif. En effet, vos mollets ont une mémoire, ils s’habituent à la tension infligée et ne se développent plus.

La solution ultime : la greffe de faux mollets

Fort heureusement, pour pallier ce problème de mollets souvent sous-développés et oubliés, les médecins esthétiques proposent régulièrement à des tarifs avantageux une mesure pour le moins efficace : une greffe d’un faux mollet. C’est en quelque sorte LA solution de facilité. Plus besoin de s’embêter à chercher des exercices pour les travailler, et ils sont tout de même dessinés, harmonieux…

Bien évidemment je plaisante ! La chirurgie esthétique règle certaines problèmes, mais pour moi pas ce type de problème !

Ce n’est pas en passant sous un bistouri que cet objectif d’être en meilleure santé, défini en début d’année, sera atteint, loin de là ! Une greffe de faux mollet ne règlera que la question de l’esthétique, et encore. À choisir, il vaudra mieux faire couler un peu de sueur, mais avoir des mollets vraiment solides et sains plutôt qu’un corps étranger qui ne pourra apporter que des complications, en plus de vous coûter bien plus cher qu’un abonnement à la salle de sport !

En bref…

Le mollet est un muscle essentiel du corps humain dont on se sert absolument tous les jours, ne serait-ce que pour bouger les orteils. Le négliger serait aussi stupide que dangereux. En le renforçant, vous serez plus stable sur vos appuis, plus dynamiques, vous réduirez vos risques de blessures, en plus d’avoir enfin l’endurance musculaire parfaite pour épater vos copains lors de vos randonnées dominicales.

Alors on enfile son survêtement, et on file à la salle bosser tout ça !