Kenzo

Histoire et avis sur la marque Kenzo homme

Marque de luxe française d’un créateur venu à Paris dans le milieu des années 60, Kenzo Takada a quitté le Japon dans sa vingtaine.

Voyageant seul sur les océans pendant un mois, son seul objectif était de rejoindre la capitale de la mode où il pourrait exprimer son talent.

Voici le récit d’un selfmade Man que je vous présente ici et qui a créé un style unique et des codes vestimentaires avec comme source d’inspiration l’élégance française d’après-guerre et l’allure négligée à la Jean-Paul Sartre.

Kenzo : entre voyage et liberté

Kenzo est une marque qui me fait penser au mot liberté. Les vêtements sont traditionnellement conçus pour se porter amples et ainsi, je me sens léger lors de mes déplacements.

Il s’est inspiré de la culture des kimonos de son enfance. Cette liberté s’observe au moment des défilés où les modèles devaient non pas porter un vêtement, mais le faire vivre.

La marque de luxe Kenzo est au carrefour entre l’Orient et l’Occident. Paris est sa ville de cœur. Il y mêla ses influences japonaises. Voilà son identité qui le démarqua de ses confrères : des vêtements interculturels.

Il prenait comme inspiration les peintures françaises d’Henri Rousseau avec ses paysages de Jungle (reconnaissables dans les imprimés Kenzo) et son héritage japonais. C’est la raison pour laquelle la marque Kenzo s’appelait de base, Jungle Jap.

L’utilisation de la broderie, des fleurs japonaises flamboyantes, du jean, des chutes de tissu, du patchwork, du coton et des couleurs vives en hiver révèle toute son inventivité.

Chaque vêtement devait représenter une invitation au voyage. Cette liberté nomade le rendait avant-gardiste d’une mode métissée.

Kenzo : la jeunesse et le passé

Kenzo Takada a donné son prénom à sa marque. Un problème sous-jacent à une de ses collections et c’est sa personne qui est touchée. Son art et sa personne sont très liés.

C’est un romantique et un débrouillard qui a commencé en bas de l’échelle en vendant des croquis à des sculpteurs et des couturiers pour quelques sous.

C’est un homme bienveillant qui souhaite démocratiser le haut de gamme vers le prêt-à-porter. Ses collaborations avec Tex de Carrefour ou H&M confirment cette prise de position de vouloir toucher un large public. Les jeunes sont le cœur de son inventivité. Il reste attaché aux archives de ses succès d’antan, car ce qui a pu plaire dans le passé peut être réactualisé avec la génération actuelle.

Le développement des collections Momento est le but de cette démarche de storytelling : donner du sens à notre consommation. Kenzo n’est pas seulement une marque de luxe, mais aussi une marque avec des valeurs et des traditions que j’aime et que je respecte.

Collection Kenzo Hommes

Kenzo a développé, au fil des années, plusieurs collections, dont certaines destinées aux hommes. Des best-sellers, que j’adore porter, comme le tigre brodé sur les sweat-shirts dès 2012, sont des basiques de ma garde-robe.

Ce symbole nous rappelle les tapis des appartements bourgeois parisiens des années 60, représentés souvent avec cet animal. C’est un symbole au même titre que l’œil, l’année suivante, et sa signification synonyme de protection tout droit issu de la culture indienne.

Les Van’s Slip-on aux motifs Lightning, Cloud ou tigger, que je porte régulièrement, ont été une collaboration de qualité, redonnant un coup de jeunesse à la marque de skateboard américaine.

L’un des premiers parfums que j’ai reçus comme cadeau était le Kenzo Homme (1991) avec une odeur très légère et iodée rappelant parfaitement la ligne créative de la marque de luxe Kenzo.

Une collection que j’aime beaucoup est Kenzotopia photographiée par David LaChapelle en 2019, mêlant la peinture de la Renaissance, utopie hawaïenne, paysages urbains et profusion de couleurs.

Un délice pour les yeux rappelant parfaitement l’inventivité et la réadaptation contemporaine des succès du passé.

NEWSLETTER
Recevez ma newsletter mensuelle et gardons le contact.
Vos données ne sont pas partagées avec des tiers.