5 caractéristiques distinguent un champagne d'un crémant (prix, terroirs de production, nom des méthodes d'élaboration, cépages et arômes). Venez les découvrir sur mon blog.

Vous vous êtes souvent demandé ce qui différenciait un crémant d’un champagne ? Si les deux vins mousseux peuvent être de grande qualité, je résume ci-dessous les caractéristiques qui les définissent. Elles sont au nombre de cinq.

différences entre un champagne et un crémant

La première distinction entre les deux concerne le prix

Du point de vue de l’élaboration, le champagne est élevé pendant plus longtemps qu’un crémant ce qui justifie sa différence de prix, chose que j’ai appris après ma visite des caves de Ruinart à Reims.

La seconde se situe au niveau des terroirs

Les raisins, qui garantissent l’appellation Champagne, sont cultivés dans la région de Champagne en France, dans cinq départements que sont la Marne, l’Aube, l’Aisne, la Haute-Marne et la Seine-et-Marne.

Ils occupent 34 300 hectares. Dans le même temps, l’appellation Crémant peut être issue des régions d’Alsace, de Bourgogne, du Bordelais, de Die, du Jura, de Limoux, de la Loire ou de la Savoie. Elle représente 11 722 hectares d’occupation des sols.

Si les terroirs de production divergent qu’en est-il des méthodes ?

Une dénomination des méthodes de fabrication dissemblable

Le processus de création d’un vin de Champagne est appelé « méthode champenoise » alors que celui d’un crémant est appelé « méthode traditionnelle ». Les deux méthodes sont identiques, la différence réside dans le nom.

Je profite de ce passage pour vous indiquer que la gamme des cépages pouvant entrer dans la fabrication d’un crémant est plus nombreuse.

Un choix de raisins moins important pour composer un champagne

Un champagne est majoritairement composé des trois cépages que sont le Pinot Noir, le Meunier et le Chardonnay. Le premier occupe 38 % des vignobles, le second 32 % et le troisième 30 %.

À l’inverse un crémant peut quant à lui intégrer quasiment toutes les souches qui couvrent le terroir où il est produit. C’est le cas par exemple du Crémant de Bourgogne qui peut comprendre du Pinot Noir, du Chardonnay, du Gamay, de l’Aligoté, du Melon, du Sacy, etc.) ou du crémant d’Alsace (Pinot Noir, Pinot Blanc, Pinot gris, Riesling et Chardonnay).

De ce point de vue, je pense que les crémants offrent une gamme de saveurs plus variées. Cependant l’exposition des sols peut également impacter le goût du vin obtenu.

Des arômes différents entre un champagne et un crémant en fonction de la situation géographique des sols

La craie qui constitue les sols cultivés en Champagne favorise un subtil accord entre les acides de fruits, le sucre et les parfums.

Le pinot noir qui domine la Montagne de Reims et de la Côte de Bar apporte des arômes de fruits rouges et puissance au vin. Le meunier cultivé sur les terroirs de la vallée de la Marne produit des champagnes souples et fruités qui apportent de la rondeur. Quant au Chardonnay, produit sur la Côte des Blancs, il procure des arômes délicats, des notes florales ou d’agrumes parfois minéraux.

Les champagnes sont donc puissants tout en apportant consistance et saveurs légères.

En face, le crémant se défend plutôt bien. Étant donné que sa production peut être réalisée dans différentes régions, si vous aimez le goût d’une brioche, de fruits blancs, fruits secs ou agrumes, je vous invite à tester un crémant d’Alsace, du Jura, de Bordeaux ou de Limoux. Un crémant rosé de Bourgogne ou de Bordeaux ravira vos papilles par ses notes de fruits rouges. Si vous préférez la pomme ou les fruits verts alors, optez pour un crémant de Die.

J’en oublie, mais vous l’aurez compris, la situation des sols cultivés favorise ici l’exaltation de notes légères.

Pour conclure si les terrains de culture sont différents je pense que ces deux vins se complètent parfaitement mais ne se valent pas. Testez-les et alternez !