fbpx

Musculation des mollets

Composition des muscles des mollets

Atteindre un développement musculaire harmonieux est un objectif pour beaucoup d’entre nous. Parfois négligée, la musculature des mollets mérite pourtant qu’on y prête attention.

Je vous explique le fonctionnement des muscles de cette partie de notre corps, pour mieux comprendre quels sont les exercices du quotidien les plus efficaces et les plus physiologiques afin de muscler ses mollets naturellement, durablement, efficacement et sans risques de traumatismes.

Le mollet dans tous ses états

Petite leçon d’anatomie du mollet : si je vous dis gastrocnémien latéral, gastrocnémien médial ou soléaire, vous me répondez quoi ? Les trois faisceaux musculaires du mollet, bien sûr ! Autrement dit, il s’agit du jumeau externe, du jumeau interne — deux muscles superficiels — et du soléaire, le muscle profond du mollet.

Le galbe du mollet dépend du volume de ces faisceaux musculaires, qui se contractent et se raccourcissent en même temps.

Ce trio de muscles imbriqué est relié au tendon d’Achille, situé derrière le pied, dont la fameuse expression met en lumière sa potentielle fragilité, liée aux tendinites. Et pourtant, il s’agit du tendon le plus volumineux et le plus puissant du corps humain, car il est soumis à de nombreuses contraintes.

Savez-vous également que le triceps sural, composé par les trois muscles des mollets, est un des plus puissants du corps humain ? Et si ces muscles sont si forts, c’est tout simplement parce qu’ils ont besoin d’être constamment contractés.

Pourquoi faut-il muscler ses mollets ?

Nos muscles jumeaux permettent la flexion et l’articulation de nos genoux alors que le muscle soléaire sollicite l’extension de notre pied et maintient notre équilibre en position debout, en stabilisant la cheville. De bons mollets sont donc gages d’un bon maintien et d’un bon équilibre.

De plus, notre mollet joue un rôle vital dans le mécanisme de pompe cardiaque : il assure, grâce aux contractions concentriques, un retour veineux optimal afin de nous éviter les crampes musculaires, les varices et les œdèmes aux jambes. Plus nous le renforcerons et plus la circulation sanguine sera efficace.

Pour avoir de beaux mollets, solides et sculptés, je vous conseille vivement des exercices de musculation ciblés et physiologiques, pour éviter les accidents. Avec ma petite sélection d’exercices faciles à mettre en application dans votre quotidien, vous aurez des mollets en béton !

Des exercices physiologiques pour des mollets gainés

Marcher, courir, randonner, pédaler : ces mouvements travaillent sur les capacités propulsives des muscles de vos mollets, et sont majorés sur un terrain irrégulier. Avec l’avantage de préserver au maximum la physiologie, ils permettent d’assouplir vos tendons tout en renforçant vos muscles.

Sauter à la corde à pieds joints : des petits cercles rapides et des sauts de quelques centimètres du sol pendant quinze minutes au maximum, genoux fléchis et légèrement serrés, musclent redoutablement le triceps sural.

Faire des extensions debout des mollets : vous pouvez faire ces extensions du mollet et du tendon d’Achille à l’aide d’une barre à traction ou vous pouvez vous aider d’une barre guidée afin d’avoir un meilleur équilibre.

Les genoux ne doivent pas être fléchis, les pieds sont en extension et vous maintenez la position haute pendant au minimum deux secondes, pour une contraction maximale des muscles.

Pour éviter les accidents de musculation

La tendinite du talon d’Achille, la crampe ou la déchirure musculaire sont des traumatismes que vous pouvez aisément éviter, grâce à ces quelques précautions :

Finalement, la composition des muscles des mollets est adaptée à des exercices de musculation simples, réguliers, physiologiques et performants.

NEWSLETTER
Recevez ma newsletter mensuelle et gardons le contact.
Vos données ne sont pas partagées avec des tiers.