Ruinart et son étui seconde peau révolutionnent le packaging de luxe en mettant l'écologie au centre de leurs préoccupations : tour d'horizon !

La maison Ruinart, ancrée dans le terroir champenois depuis presque quatre siècles, propose l’un des champagnes les plus renommés de par le monde.

Loin de se contenter de cette renommée justement acquise, la marque considère l’innovation comme l’un de ses piliers majeurs. Sa dernière création en date ? Un emballage 100 % éco-conçu, sans aucun plastique, qui révolutionne le marché et que je souhaite vous présenter : l’écologie peut devenir un argument marketing dans la vente de produits de luxe.

emballage eco-responsable de Ruinart

Un écrin qui rend hommage à l’histoire de la maison

Le nouvel emballage a soigneusement été réfléchi et mis au point pendant près de deux ans. Deux années pendant lesquelles la maison Ruinart s’est associée à la manufacture James Cropper, au Royaume-Uni, et à la société Pusterla 1880 pour penser un étui qui soit à la fois en accord avec les préoccupations écologiques de la maison Ruinart et avec les attentes des consommateurs de champagne.

Le résultat est à la hauteur de toutes les attentes : un emballage composé à 99 % de papier (et 1 % de colle sur l’étiquette), dont la forme stylisée épouse parfaitement le flacon qu’il protège et ne dénature pas la forme reconnaissable des bouteilles de champagne Ruinart.

J’attire votre attention sur la blancheur de l’étui, qui est un clin d’œil délicat à la serviette utilisée par les sommeliers pour enrober la bouteille lors de sa présentation, tandis que sa texture un peu granuleuse se présente comme un écho aux crayères, les caves dans lesquelles les bouteilles de Ruinart sont conservées pour une lente maturation jusqu’à leur arrivée sur la table des consommateurs.

Dans ses finitions, l’emballage est découpé à l’aide d’un jet d’eau sous pression pour un rendu à la fois net et élégant. La technique de fabrication utilisée, ColourformTM, se base sur le principe du thermoformage : la finesse du moule réalisé permet un embossage subtil de l’étui pour un rendu unique au toucher. Le bouton-pression, breveté pour cette occasion, bénéficie aussi de cette technologie et arbore le monogramme de la maison Ruinart.

emballage eco-responsable de Ruinart

Ruinart, ou l’excellence au service de l’écologie

La maison Ruinart s’est très vite impliquée dans la cause écologique, sans pour autant laisser de côté son image prestigieuse acquise au fil des siècles. Cela s’est traduit notamment, au niveau de la fabrication des éléments d’emballage, par une décision claire de s’approvisionner aussi localement que possible : 87 % des ingrédients nécessaires proviennent de France ou d’Europe de l’Ouest.

Cette démarche s’est affinée au cours du temps pour qu’en 2015 la marque choisisse d’éliminer le plastique de ses suremballages, et qu’elle lance ensuite la conception de son nouvel étui 100 % éco-conçu.

Le résultat s’est révélé excellent au-delà de toute espérance puisque ce nouvel emballage disruptif écologique a raflé pas moins de 9 prix soulignant à la fois l’originalité et la qualité de l’étui, mais également son souci de viabilité sur le long terme dans le cadre d’une économie durable, et son respect environnemental. Cet étui est donc 100 % recyclable, fabriqué à partir de fibres naturelles de bois provenant de forêts éco-gérées en Europe et en utilisant de l’eau puisée localement, avant d’en remettre 91 % en circulation sans que celle-ci ne soit altérée.

Chaque étape a été mûrement réfléchie pour arriver à la réduction de près de 60 % de l’empreinte carbone pour la création de ces nouveaux emballages disruptifs : ainsi, il n’est pas forcément prévu sur toutes les bouteilles, lorsque cela n’est pas nécessaire, comme dans le cas de la restauration, pour éviter tout gaspillage inutile.

Enfin, sachez que la qualité de cet emballage se mesure à son utilisation : vous pouvez sans problème laisser la bouteille (et son étui) dans un seau à glace jusqu’à 3 heures sans que celui-ci ne perde en efficacité.