Les voitures hybrides sont de plus en plus populaires. Mais quels sont exactement les types de modèles et quels sont leurs points forts et leurs point faibles ?

Le plus souvent à essence, les voitures hybrides possèdent à la fois un moteur thermique, un moteur électrique et une petite batterie. De plus en plus populaire, ce type de véhicule reste malgré tout une énigme pour beaucoup, un peu comme pour choisir une voiture 3 ou 5 portes ! Découvrez ici les réponses à toutes vos questions.

Quels sont les différents types d’hybrides ?

Il existe plusieurs technologies d’hybridation : la micro-hybride, la mild-hybrid, la full-hybrid et l’hybride rechargeable. En plus de ces différentes technologies, trois architectures sont possibles : l’hybride série, l’hybride parallèle et l’hybride série-parallèle. Elles marquent le positionnement des moteurs, ainsi que la méthode avec laquelle ils entrent en action.

L’hybride série

Elle présente l’avantage d’être capable d’utiliser un plus petit moteur à combustion, qui consommera un minimum, en fonctionnant dans une plage de régime et de couple idéale. Les deux moteurs sont placés l’un derrière l’autre. Le moteur thermique devient un générateur, uniquement utilisé pour créer le courant qui alimentera les batteries et le moteur électrique. Le moteur électrique, lui, entraînera les roues.

L’hybride parallèle

Les deux moteurs entraînent les roues en simultané ou indépendamment. Pour permettre la répartition des puissances dans les deux moteurs, il est nécessaire d’utiliser un système de transmission plutôt complexe.

L’hybride série-parallèle

Étant sans aucun doute le système le plus compliqué, il combine les deux autres types d’architectures. Ainsi, le moteur thermique sert, à la fois à la recharge des batteries, qu’à la propulsion du véhicule. Cette solution relativement complexe présente, de ce fait, un coût plus élevé.

Comment fonctionnent-ils ?

Les micro-hybrides

Particulièrement importante en ville, cette technologie est la plus réputée. En effet, un alterno-démarreur assure l’arrêt automatique du moteur et son redémarrage, après que vous ayez cessé de freiner. Son coût d’installation abordable et sa consommation réduite en métropole, présentent des avantages à ne pas négliger. En revanche, cette technologie peut être désagréable dans les embouteillages et son fonctionnement n’est vraiment utile qu’en ville.

Les mild-hybrids

Également équipées d’un alterno-démarreur, plus puissant cette fois, les mild hybrids, sont une évolution du processus « Stop and Start ». Une batterie supplémentaire est installée et elle permet de récupérer l’énergie lors des phases de décélération. Cette énergie est alors stockée et elle servira à soutenir le moteur thermique durant les phases d’accélération. Ce processus apporte donc une baisse de la consommation.

Afin de réaliser des économies supplémentaires de carburant, certains véhicules utilisent un deuxième réseau électrique plus puissant de 24 ou 48 V. Ce courant approvisionne le réseau électrique classique de la voiture. Même si les mild-hybrids ne proposent pas de mode 100 % électrique, on constate malgré tout 3 avantages : l’augmentation des performances du moteur thermique, l’utilisation agréable et la consommation fortement réduite.

Les full-hybrids

En plus des fonctionnalités des autres niveaux d’hybridation, ce système permet un mode 100 % électrique. En effet, les full-hybrids possèdent à la fois un moteur thermique et un moteur électrique. Leur association concède l’entraînement des roues de façon simultanée ou l’un après l’autre.

Avec une batterie d’une capacité comprise entre 1 et 3 kWh, l’autonomie du véhicule est limitée. Ainsi, durant la phase énergivore de démarrage et des premiers kilomètres, c’est le moteur électrique qui entre en jeu jusqu’à 50 km/h environ, ce qui implique de ne consommer aucun carburant.

Lorsque la vitesse augmente, le moteur thermique intervient, et si la charge de la batterie n’est pas suffisante, seul le démarrage est réalisé en électrique. Pendant une accélération, pour un dépassement par exemple, le moteur thermique et l’électrique œuvrent à 2. Grâce à cette aide du moteur électrique, le système thermique consomme moins.

Une full-hybrid apporte donc un agrément et une performance du moteur thermique plus élevés, un mode 100 % électrique pour le démarrage et une baisse de la consommation en agglomération. Son autonomie en 100 % électrique reste toutefois limitée.

Les hybrides rechargeables

Équipés d’un modèle de batterie plus robuste et d’un ou plusieurs moteurs électriques plus puissants, ces systèmes d’hybridation sont un compromis entre les voitures classiques et les électriques.

Les hybrides rechargeables permettent de conduire en mode 100 % électrique sur une distance allant de 50 à 60 km. Elles possèdent également toutes les fonctionnalités d’une full-hybrid.

Cela rend donc ces voitures très intéressantes, en particulier pour des conducteurs qui utilisent leur véhicule, quotidiennement, sur une distance se rapprochant de l’autonomie de cette hybride, et qui peuvent recharger les batteries facilement en se branchant sur un secteur. Lorsque les batteries sont vides, le moteur thermique intervient et à chaque kilomètre réalisé, celles-ci se rechargent pour retrouver de l’autonomie en mode électrique.

Sa recharge rapide sur secteur et son autonomie en mode 100 % électrique, sont des avantages à ne pas négliger. Cependant, le volume du coffre peut parfois être réduit et son poids, ainsi que son prix peuvent freiner à l’achat.

L’utilisation au quotidien est-elle adaptée ?

En combinant le thermique et l’électrique, le véhicule hybride peut être une solution adaptée à vos besoins. Même si son autonomie en mode 100 % électrique est plus faible qu’une voiture électrique, elle reste suffisante au quotidien.

Soit par le procédé de récupération d’énergie au freinage, soit par le moteur thermique, tous les véhicules hybrides se rechargent en roulant. Les hybrides rechargeables, grâce à leur batterie plus puissante, ont plusieurs options. Elles peuvent être branchées sur une prise domestique et parfois sur les bornes de recharge publiques. Le temps de charge varie entre 5 et 7 heures.

Quelle autonomie, quelle vitesse et quelles économies ?

L’autonomie

Selon sa technologie, l’autonomie des hybrides varie. Alors qu’une micro-hybride et une mild-hybrid n’ont pas d’autonomie en mode 100 % électrique, la full-hybrid, elle, propose une autonomie inférieure à 10 km.

L’hybride rechargeable, en revanche, est capable de parcourir jusqu’à 60 km, sans avoir besoin de l’intervention du moteur thermique. Néanmoins, son autonomie sera plus conséquente en ville que sur une autoroute.

La vitesse

L’hybride rechargeable est la plus performante à ce niveau, puisqu’elle peut arriver à une vitesse maximale deux fois plus haute que celle d’une full-hybrid. En effet, les full-hybrids, en mode 100 % électrique, ont une vitesse maximale comprise entre 50 et 70 km/h, alors que l’hybride rechargeable atteint facilement les 130 km/h.

Les économies

Chacune des technologies hybrides permet de réaliser une grande économie en agglomération. Pour les longs trajets, les plus pertinentes seront les full-hybrids et les hybrides rechargeables.

5/5 - (1 vote)