Ces dernières années, dans le milieu du sport, l’intérêt pour le collagène n’a cessé de croître, les athlètes de tous niveaux cherchant constamment des moyens d’améliorer leurs performances et de réduire le risque de blessures. Cette protéine, sous forme de complément alimentaire, est devenue populaire en raison de ses promesses de soutenir la résistance et la réparation des tissus conjonctifs exposés à de fortes contraintes lors d’activités physiques.

De plus, sa capacité à favoriser une récupération rapide après l’effort le rend particulièrement attrayant pour ceux qui s’engagent régulièrement dans des entraînements intensifs. Si l’idée d’adopter le collagène dans votre routine santé et sportive vous tente, je fais le point, ce jour, pour vous sur ce sujet !

Collagène et musculation

Photo : (c) Aaron Schoening

Le collagène : qu’est-ce que c’est ?

Majoritairement présent dans la peau, les os, les tendons, les cartilages, ainsi que les ligaments, le collagène assure l’élasticité et la régénération de ces tissus. En tant que composant principal du tissu conjonctif, cette protéine fibreuse contribue non seulement à maintenir notre structure corporelle, mais agit également comme une colle naturelle maintenant tous ces éléments ensemble.

Le collagène est une protéine complexe se distinguant par sa triple hélice composée d’acides aminés comme la proline, la glycine et l’hydroxyproline. Grâce à cette structure particulière, elle possède une résistance élevée à l’étirement et est essentielle à la cohésion des tissus corporels. Il existe, en outre, différents types de collagène, parmi lesquels :

  • le type I : le plus répandu, présent dans la peau, les tendons, les os et le tissu dentaire ;
  • le type II : constitue l’élément principal du cartilage ;
  • le type III : souvent associé au type I, il se trouve dans les muscles, les organes et les parois des vaisseaux sanguins.

Chaque sorte de collagène joue un rôle spécifique en contribuant à la résistance mécanique des tissus ainsi qu’à leur élasticité et leur capacité de régénération. Cette protéine agit, par ailleurs, en tant que signal pour favoriser la croissance cellulaire et la réparation des tissus.

Avantages du collagène pour les sportifs

Le collagène joue un rôle crucial dans le maintien du bon fonctionnement de divers tissus comme la peau, les os, les cartilages et les muscles. Ces tissus subissent des contraintes constantes lors des activités quotidiennes et sportives. Toutefois, la production naturelle de collagène diminue dès l’âge de 25 ans et se réduit davantage vers 45 ans. Cela rend la supplémentation nécessaire pour les sportifs souhaitant soutenir leur corps face à l’usure physique.

En matière de santé articulaire, le collagène est indispensable pour le bon fonctionnement des articulations. Il contribue à la production de liquide synovial qui lubrifie les articulations, au maintien du cartilage qui les protège et offre stabilité, et au renforcement des ligaments qui lient les os, protégeant ainsi contre les mouvements incorrects.

Avec l’âge et l’activité physique, le cartilage se détériore, entraînant raideur et douleur. Les suppléments de collagène ont démontré leur efficacité pour réduire ces symptômes et présenter un potentiel préventif contre les blessures. Ils favorisent également la cicatrisation des tissus et aident à la récupération en cas de troubles ligamentaires, comme les tendinites.

Au-delà des articulations, le collagène améliore la résilience musculaire. Des recherches indiquent, en effet, qu’un apport en collagène est susceptible d’augmenter la masse musculaire et de renforcer les muscles, en soutenant la croissance de la masse sans graisse tout en réduisant la masse graisseuse. Ces atouts font du collagène un allié de taille pour la récupération sportive, la prévention des blessures et l’amélioration de l’efficacité musculaire.

Le collagène : quand est-il le plus bénéfique ?

Le collagène est une protéine dont la consommation peut être très flexible en termes de timing. Toutefois, selon l’effet que vous recherchez, il peut être important de faire attention au moment de la journée où vous le prenez. Le matin, à jeun, constitue un moment propice pour prendre ce complément, en particulier sous ses formes marines. Le fait d’être à jeun facilite, en effet, une digestion rapide et une absorption immédiate des peptides de collagène. J’attire néanmoins votre attention sur le fait que la digestion des compléments à jeun ne convient pas à tout le monde. Sachez, de plus, que prendre du collagène avec de la nourriture n’affecte pas son efficacité, offrant ainsi une grande souplesse d’utilisation.

Après une séance d’entraînement, consommer du collagène est bénéfique et contribue à favoriser la récupération musculaire. Comme le collagène aide à préserver les articulations, à améliorer la mobilité, à encourager la régénération des tissus et à renforcer la résistance musculaire, cela fait du moment après l’entraînement un moment opportun pour un apport en collagène.

Le soir, avant le coucher, constitue un autre moment recommandé pour prendre du collagène. Pendant le sommeil, le corps entre dans un état actif de régénération cellulaire et de réparation métabolique. Étant riche en glycine, un acide aminé réputé pour privilégier un sommeil profond et réparateur, le collagène peut donc soutenir efficacement ce processus de récupération nocturne.

Comment le consommer ?

Si vous souhaitez intégrer le collagène dans votre routine quotidienne, le plus pratique est de faire appel aux formats en poudre comme la sélection Nutrimuscle. Vous pourrez ainsi facilement ajouter ces poudres à diverses boissons, chaudes ou froides, sans altérer leur saveur. Deux à trois cuillères à café de collagène en poudre dans votre boisson préférée suffisent. Je vous invite, par conséquent, à adopter cette pratique à n’importe quel moment de la journée, et ce, pendant au moins deux mois. Cela vous garantira une consommation régulière et efficace de ce complément alimentaire.

Le collagène, un danger ?

Il n’existe pas de contre-indications spécifiques concernant la prise de collagène. Ce dernier est généralement considéré comme sûr pour la majorité des athlètes, quelle que soit la discipline sportive pratiquée. Il y a donc très peu de restrictions vous empêchant de suivre une cure. Cependant, si vous êtes allergique aux protéines bovines, aux œufs ou encore aux poissons et fruits de mer, il est conseillé d’éviter le collagène provenant de ces sources.

En outre, comme c’est le cas pour de nombreux compléments alimentaires, la prise de cette protéine est déconseillée en cas d’insuffisance rénale. Elle est en effet éliminée par les urines et pourrait aggraver une fonction rénale déjà compromise. De même, si vous souffrez d’hypercalcémie, qui se caractérise par un excès de calcium dans le sang, évitez les suppléments de peptides hydrolysés. Le collagène peut stimuler la production de calcium et en favoriser la fixation sur les os, ce qui pourrait exacerber un déséquilibre déjà présent.

5/5 - (1 vote)