Cinq conseils pour préparer au mieux votre utilisation de la carte bancaire aux États-Unis et limiter les frais.

Vous allez partir en voyage aux États-Unis ? Vous avez tout préparé, avez en poche vos billets d’avion, votre réservation d’hôtel, votre ESTA, votre planing… Mais vous n’auriez pas oublié quelque chose ? Dans le domaine des finances, justement. Vous ne voyez pas ? Vous avez une carte bancaire ? Voilà ! Pour pouvoir l’utiliser au pays de l’oncle Sam, il y a quelques petits trucs auxquels penser avant de partir.

carte bancaire française aux USA

© Can Stock Photo / ojogabonitoo

1. Vérifiez certains détails

La première des choses à faire avant de partir, et à laquelle on ne pense pas toujours : c’est vérifier la date de validité de votre petit morceau de plastique. Pourquoi ? Simplement pour s’assurer qu’elle sera valide durant tout votre séjour sur place. C’est tout bête, mais vous retrouver avec une carte qui ne fonctionne plus simplement parce que vous avez oublié de jeter un œil sur la date de validité est encore plus bête. Donc première chose à voir : cette fichue date. Pensez si nécessaire à en commander une nouvelle (et je vous conseille de ne pas oublier de l’activer en France avant de partir !).

Pensez aussi à noter dans un coin les numéros inscrits sur la carte. Si vous la perdez sur place, vous devrez les fournir pour que la carte soit désactivée. Si vous avez une banque en ligne, cela pourra être fait depuis votre application, donc pas besoin de noter les références. Autrement, cela peut s’avérer très utile.

Vérifier aussi que votre carte peut être utilisée sur le sol américain. Visa, American Express et Mastercard sont acceptées sans aucun souci. Pour les autres cartes, renseignez-vous (relisez, par exemple, les conditions d’utilisation dans votre contrat ou appelez votre conseiller).

2. Prévenez votre banque

Avant même de partir, vous devrez contacter la banque dans laquelle vous avez souscrit la carte bancaire avec laquelle vous allez régler vos achats ou retirer de l’argent une fois sur place. Prévenir votre banquier de votre intention d’utiliser la carte bancaire sur le sol américain (ou ailleurs du reste) est important.

Pourquoi ? Tout d’abord parce que certaines banques bloquent les retraits à l’étranger après le premier retrait. Vous seriez donc dans l’impossibilité de retirer des espèces. Prévenu de votre besoin d’utiliser votre carte dans un autre pays, il pourra faire sauter cette limite.

Il va aussi intervenir pour adapter vos plafonds de retrait et de paiement. Je vous conseille de réfléchir en amont à vos besoins sur place pour savoir quoi lui demander quand l’occasion se présentera. Il peut encore vous proposer des garanties (assurances) spécifiques.

3. Négociez vos frais !

Vous le savez sans doute déjà, mais retirer de l’argent à l’étranger peut entrainer des frais. Selon les banques, ces frais peuvent être plus ou moins importants. Il y a des frais fixes (en général autour de 3 euros par retrait) et un pourcentage sur la somme retirée (2,80 % pour LCL, 2,90 % pour BNP Paribas…).

Certaines banques françaises ont passé des accords avec des banques américaines et peuvent proposer la gratuité de retrait si vous retirez votre argent aux ATM de cesdites banques. La BNP a ainsi un partenariat avec la Bank of America. Les clients HSBC peuvent profiter des succursales de la banque sur le sol américain.

Retirer de l’argent est une chose, mais payer avec sa carte bancaire en est une autre et là encore des frais peuvent s’ajouter. En général, les banques prennent autour de 2,5% de la somme payée. Certaines banques ont mis en place des frais forfaitaires (la Société Générale fait ainsi payer 1 euro par transaction, quelle que soit la somme payée).

Enfin, les banques ont la fâcheuse habitude de prendre des frais sur le taux de change ou plus précisément une commission. Celle-ci n’est évidemment pas affichée en grand dans les conditions et, si vous n’avez pas eu la patience de tout lire en détail, vous pourrez constater que le taux de change est toujours à l’avantage de votre banque. Pour une même somme d’argent, vous aurez moins de dollars.

Ces trois postes de dépenses supplémentaires peuvent être négociés auprès de votre conseiller bancaire. N’hésitez pas, cela vous fera gagner de l’argent surtout si vous prévoyez d’utiliser beaucoup votre carte sur place.

4. Planifiez votre séjour

Même si vous êtes du genre à laisser place à l’improvisation, il peut s’avérer utile de lister les villes que vous souhaitez visiter. En effet, même si aux États-Unis, il est possible de payer et de retirer de l’argent partout avec une carte bancaire, vous aurez tout intérêt à savoir où aller pour faire des économies.

Les distributeurs ATM (dans les commerces, par exemple) imposent des frais beaucoup plus importants qu’un DAB en banque. Alors pour un simple retrait, cela passe encore, mais, si vous devez en réaliser plusieurs, la facture peut s’élever de façon très conséquente. C’est pourquoi je vous conseillais de noter les villes que vous souhaitez visiter et de trouver les banques où vous pourrez vous approvisionner sans trop dépenser.

Je vous suggère de faire un seul gros retrait pour payer vos frais une fois, que de faire plusieurs petits retraits qui pourraient vous coûter cher !

5. Choisir une carte d’une néo-banque ?

Vous avez déjà une carte bancaire, d’accord, mais, si celle-ci ne vous offre pas tous les avantages que vous désirez obtenir lors de votre séjour américain, vous pourriez trouver ce qu’il vous faut auprès des néo-banques.

Celles-ci ont en effet mis en place des conditions particulièrement intéressantes pour tous ceux qui souhaitent utiliser leur carte bancaire à l’étranger, et donc aux États-Unis.

Généralement, les frais pour les retraits et paiements sont très réduits, voire totalement inexistants comme avec l’offre Boursorama Ultim. Les plafonds des paiements et des retraits sont plus élevés. Selon la néo-banque choisie, vous pourrez utiliser les distributeurs des banques associés comme vous l’entendez.

Enfin, le taux de change reste plus intéressant qu’avec une banque traditionnelle (taux interbancaire). C’est aussi la possibilité de recevoir de l’argent (en cas de coup dur, par exemple) très facilement et sans attendre un long délai.

De plus, tout est géré via l’application donc accessible très facilement. Comme je l’ai déjà dit, cela peut être très utile de maitriser au mieux sa carte bancaire sans avoir à patienter des heures dans une banque (ou au téléphone) !

6. Ayez une carte de secours !

Perdre sa carte bancaire à l’étranger peut vite devenir un cauchemar : Plus de location de voiture, plus d’hôtel… bref plus d’argent ! Et si vous la perdez aux USA, le temps de contacter votre banque et recevoir une nouvelle carte peut demander jusqu’à 7 jours, ce qui pourrait vous gâcher totalement les vacances.

Par exemple, je suggère d’avoir une carte American Express qui propose une assurance voyage, et en plus sa carte Visa ou Mastercard, et évidement, ne pas les avoir les deux en même temps sur vous !

Pour information, vous pouvez obtenir d’American Express une seconde carte gratuitement et aux USA, A